Les Spurs dans l’ombre des Warriors

Dans une conférence Ouest qui brille par la magnificence de Golden State et leur bilan parfait (23-0 pour ceux qui sortiraient d’un sommeil profond) les San Antonio Spurs sont seconds. 18 victoires pour 5 défaites -ils seraient leaders devant les Cavs à l’Est- un bilan digne de ce que la franchise nous offre depuis quelques décennies. Les texans avancent, tapis dans l’ombre en attendant la véritable guerre.
Cette année les Spurs sont en mode auto-pilotage, et se préparent déjà aux playoffs avec une greffe, non pas des moindres, celle de LaMarcus Aldridge. Lui qui a su se faire au jeu dicté par Popovich y compris voir son temps de jeu réduit et d’aller faire quelques tours sur le banc. Les Éperons gagnent leurs matchs avec 11 points de différentiel et ne prennent que 88 points de moyenne par rencontre ce qui en fait la première franchise de la ligue aux points encaissés.

L’effectif est toujours aussi bien huilé, avec une profondeur de banc remarquable, avec à disposition sept joueurs à 7 points de moyenne ou plus et un fort quatuor à plus de onze points.


Grand leader de cette franchise, Kawhi Leonard s’est transformé complètement cette année, à l’image d’un Jimmy Butler comme l’année passée chez les Bulls, Leonard score plus, avec une ligne de statisques sans défauts : 21 points à 50 % aux tirs -également du parking- couplés à 7.5 rebonds, 2.6 passes 1.8 stl et 1.1 block. Copie plus que parfaite pour l’ancien MVP des Finals, dont le nom traîne dans beaucoup de courses au MVP.

Actuellement un des meilleurs joueurs de la ligue à son poste, le discret Leonard serait-il en passe de devenir un véritable chef des Spurs ? Autre membre du trio à plus de onze points de moyenne : LaMarcus Aldridge avec 15.4 points 8.8 rebonds de moyenne (leader des Spurs dans le domaine). Notre Frenchie Tipi avec 12.7 points (57% aux tirs et 40% à 3 pts) et 5 passes ressort d’une passe difficile vécue entre autres durant l’Euro cet été. Autre eternel vieux briscard, El Mano Ginobili ! 11 points 3 rebonds et 3 passes pour l’argentin. Tout roule dans la « petite Venise du Texas ».

On perçoit déjà des systèmes qui s’installent au fil de la saison, en vue de l’ennemi à abattre, les Warriors, San Antonio peaufine son jeu pour être prêt à recevoir Baby Face et sa clique. Ce mois les Spurs affronteront les Hawks, le Jazz, les Pacers en tant que « gros ». On ne comptera pas les Clippers ou les Rockets, vous comprenez pourquoi, mais c’est quand même bon à savoir. Nul ne doute que Alamo City va vite se remettre en selle après le match mitigé face aux Raptors.


D’un côté la jeunesse, l’effervescence, le panache et un jeu fou. De l’autre, l’ancienneté le jeu bien rôdé avec une tendance à manier un basket plus tactique… Le rendez-vous est pris le 25 janvier, en attendant messieurs jouez.

Laisser un commentaire