Quels coachs peuvent passer un mauvais Noel ?

Si certains coachs restent intouchables comme Gregg Popovich, ce n’est pas le cas pour d’autres coachs. Tous les coachs listés ci-dessous vont peut-être pas passer un noël tranquille. Après Kevin McHale, il pourrait y avoir plusieurs coachs remerciés.

1) J.B Bickerstaff (Houston Rockets)

On retrouve le même jeu proposé qu’avec Kevin McHale. Vous donnez la balle à James Harden, écran avec Dwight Howard et le barbu obtient une faute. Pourtant, avec des joueurs comme Motiejunas, Ariza ou Howard, il y a moyen de faire quelque chose offensivement. Même si ça va mieux ces derniers temps, les Rockets ont de la chance que les autres équipes comme les Pelicans remportent aucun match. Et il y a des rumeurs qui disent que l’ancien pivot du Magic n’est pas heureux à Houston et il y a de grande chance qu’il soit free agent à la fin de la saison…Si les Rockets souhaitent le garder, il faut que le géant ait plus de ballons…

2) Alvin Gentry (New Orleans Pelicans) 

C’est la grosse déception de l’année ! Champion NBA en tant qu’assistant aux côtés de Steve Kerr et Luke Walton, Alvin Gentry déçoit en tant que head coach. On a la même situation qu’à Houston, puisqu’on donne la balle à sa star (en l’occurrence Anthony Davis) alors qu’il y a également des bons joueurs, et nous pensons à Eric Gordon et Jrue Holiday. Le coach des Pels utilise très peu Alexis Ajinça qui est un très bon pivot pour marquer des points. Mais Gentry préfère Perkins et Asik qui ne sont plus les joueurs qu’ils étaient auparavant. Les Pelicans sont très loin des playoffs et Alvin Gentry pourrait avoir un pot de départ dans pas longtemps…

3) Byron Scott (Los Angeles Lakers)

Personne ne sait ce qu’il a dans le crâne…Au début de saison, il utilisait Kobe en tant que catch and shooteur, ce qu’il n’a jamais fait mais maintenant ça va mieux avec ce dernier. Cependant, ça ne va pas du tout avec les rookies. D’Angelo Russell et Julius Randle sont le futur de la franchise, mais ils commencent les matchs sur le banc. Pire encore, Scott utilise Russell en tant qu’arrière et non meneur de jeu. Dans la second unit, il préfère n’avoir que du shoot extérieur alors que Randle pourrait avoir le ballon face ou dos au panier. Le numéro 2 de la draft a même critiqué Scott après la défaite face au Thunder…

4) Sam Mitchell (Minnesota Timberwolves)

Depuis le décès de Flip Saunders, Mitchell assure l’intérim. Mais ce n’est pas stable ! Alors que les Wolves gagnaient des matchs en début de saison, il a décidé de mettre Andrew Wiggins en poste 3 alors que celui-ci jouait 2. Cela n’a pas fonctionné et a remis Andrew Wiggins en 2 après une dizaine de matchs à l’aile. Autre exemple, celui de Zach LaVine. Il n’arrête pas d’alterner entre le poste de meneur de jeu et le poste d’arrière. Or, Lavine est loin d’être un créateur. Le vainqueur du Slam Dunk Contest 2015 est bien meilleur en tant qu’électron libre, c’est à dire, à la manière d’un Lance Stephenson, époque Pacers.

5) Randy Wittman (Washington Wizards)

 Il peut remercier John Wall. A chaque fois qu’il est proche de la sortie, John Wall sort un gros match pour que les Wizards gagnent. Aujourd’hui, les Wizards sont loin d’être en playoffs, alors que leur objectif est de finir dans le top 6. Nous avons l’impression de voir un « McHale playoffs 2015 ». Le coach des Rockets avaient tenté Josh Smith en poste 4 (alors qu’ils étaient menés 3-1), et cela marché. Beaucoup de personnes ont cru que c’était un génie du coaching. Aujourd’hui, Wittman tente un small ball avec Jared Dudley en poste 4. Pourquoi pas, mais le problème c’est que cela marche une fois sur 3. Récemment, John Wall avait critiqué les choix du coach…

6) Lionel Hollins (Brooklyn Nets)

Il y a trois ans, Hollins emmène les Grizzlies en finale de conférence face aux Spurs. Ils se font sweeper et à la surprise générale, il se fait remercié quelques jours plus tard. On croit alors que c’est une erreur, mais les Grizzlies avaient peut-être raison de le couper. Actuellement, à la tête des Nets, et avant dernier de la conférence (devant Philadelphie) avec des joueurs comme Joe Johnson, Brook Lopez et Thaddeus Young. On sent un manque de confiance entre les joueurs et le coach.

7) George Karl (Sacramento Kings)

Ah, les Kings encore une fois très régulier. Capable d’aller battre les Raptors chez eux alors qu’ils sont en forme, et de perdre contre des Wolves traversant une mauvaise passe. Mais bon c’est pour ça qu’on les aime. Après avoir menés de 20 points dans le premier quart, les Kings l’ont emporté de seulement 8 points. George Karl devrait ouvrir un peu plus ouvrir sa rotation. DeMarcus Cousins qui est peut-être le meilleur pivot, qui dégage une telle puissance shoote désormais à trois points. On ne serait pas surpris de voir (encore une fois) des embrouilles entre Rondo, Cousins et son coach, et vu que DeMarcus Cousins est intouchable à Sacto…vous voyez ce que je veux dire.

8) Dave Joerger (Memphis Grizzlies)

Analyse ici. 

9) Dwane Casey (Toronto Raptors) 

Il ira très certainement jusqu’en avril à la tête des Raptors mais si il se faire encore une fois éliminé au premier tour des playoffs avec l’avantage du terrain, il se peut très probablement qu’il se fasse remercié. Nous avons un message à passer à Dwane Casey : Donne la balle à Jonas Valanciunas (lorsqu’il sera de retour évidemment). Arrête de jouer seulement avec ton backourt. James Johnson est uniquement utilisé parce que DeMarre Carroll est blessé, alors que c’est un joueur complet, capable de scorer et défendre. Il faut également qu’il arrête avec Terrence Ross. Sur trois matchs, ce sera un shooteur, puis sur un autre, il devra créer…

10)  Jeff Hornacek (Phoenix Suns)

La situation est similaire à celle de Lionel Hollins : Il y a deux ans, il est à deux doigts d’être élu coach de l’année puisqu’ils sont 9ème à un match des playoffs en s’appuyant sur un backourt Dragic – Bledsoe avec un 6th man comme Isaiah Thomas. Il est toujours avec la même technique (Knight à la place de Dragic) alors que cela ne fonctionne pas. En effet, durant ces deux années, il n’y a pas eu de qualification en playoffs et cette année encore, ils sont pas loin. Il pourrait passer le mois de février chez lui et non sur un banc de touche…

Alors, quel sera le second coach viré ?

Source : SB Nation 

Laisser un commentaire