[Playbook] Les Spurs jouent comme Mozart !

Premier épisode d’une nouvelle chronique qui alimente enfin un vrai article purement coaching. Les Spurs étripent leurs adversaires les uns après les autres, le niveau du banc n’est pas si loin de celui du cinq de départ, en tout cas le mouvement du ballon permanent permet aux 5 joueurs d’être dangereux. Aujourd’hui on va analyser l’action qui a permis aux Spurs d’être numéro 1 du top ten.

Etape 1 : Suivre son plan de jeu, le poste haut a les clés de la maison 

Pendant la vidéo on ne voit pas que Boris Diaw fait un écran. On va donc imaginer que c’est David West qui commence l’action au poste haut à 3 points. Si il n’y a pas de pur meneur aussi doué que Chris Paul ou Rajon Rondo, ça n’empêche pas que les joueurs sont doués à la passe. Le meneur de jeu, c’est l’équipe. Peu importe le 5 départ vous aurez 5 gars capable de dribbler (attention Danny Green déconne pas), de passer ou de feinter. Ces gars là ont un énorme Q.I basket et quand c’est David West qui a la balle au poste haut, ne comptez pas sur lui pour faire une passe téléphoné. On peut se souvenir que Duncan est souvent à cette position pour faire la passe à Tony Parker.

 

Etape 2 : Le Off-Ball, le vrai crossover de la NBA

Le jeu des Spurs commence enfin. Anderson fait mine d’aller chercher le ballon et coupe à l’opposé. Ginobili fait son apparition à ce moment là avec une feinte de corps, il met Lavine dans le vent et toute la défense de Minnesota est en retard. Malheureusement pour eux, ils ne rattraperont jamais cette erreur en ayant toujours un temps de retard.
C’est là qu’il est intéressant de voir le jeu des Spurs puisque lors de cette possession, San Antonio a environ 4 bons shoots mais tel Mozart, les coéquipiers de Tony Parker cherchent la perfection. Ginobili a la balle en mains et il peut voir 3 choix de passes avec une défense obligé d’aller en aide pour éviter un lay-up facile.

Etape 3 : Percussion pour faire courir la défense

Après qu’Anderson hérite du cuir, (suite à une passe de Manu pris à 3) les Spurs vont aligner les passes pour garder un rythme élevé et trouver le shoot parfait. Forcément en alignant des passes qui permet de garder la ballon en vie mais surtout avec des joueurs en périphérie, il ne reste qu’à couper dans la raquette qui sera forcément vide et sur un passe et va tout bête, c’est David West qui conclura l’affaire. San Antonio a réussi à faire 5 passes en 6 secondes et le seul qui a pris le dribble et Patty Mills (qui aurait pu prendre le shoot qui puis est) !

J’espère que notre premier playbook (laborieux) vous a plu ! Il est très difficile d’analyser le jeu des Spurs qui est sans doute l’un des plus compliqués mais quand il est joué à merveille, c’est du bonheur pour les yeux… On a mis avant la capacité d’utiliser la moindre faille avec un effort collectif de tous les instants et c’est ce qui fait gagner des titres !

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire