[Dad is home] Kobe Bryant dit adieu au TD Garden avec la manière…

« Je te l’avais dit Maman »

On peut s’imaginer 1 000 scénarios dans la tête sur ce joli cliché pris après un énorme 3 points de Kobe Bryant. Ses filles ont le sourire, sa femme (et sa maison) a le sourire , les fans de Boston ont le sourire, même ceux qui ont regardé en streaming ont le sourire ! Bryant a le sang froid, comme d’habitude….
Comme si c’était écrit dans un livre, Bryant a inscrit le shoot de la gagne et dit « goodbye my lover » avec la manière…

Un au revoir digne des plus grands

Un peu comme le game 7 en 2010, Kobe Bryant a du faire autre chose que marquer à cause de son adresse calamiteuse… Comme en finale, il a inscrit un shoot assassin(5/17). Il ne reste qu’une minute à jouer et Boston n’a que 2 points de retard puis le mamba a sorti son venin ! Bryant va shooter 2 mètres derrière la ligne pour un panier que même l’adjectif assassin serait trop gentil pour Kobe. La victime n’a pas été Paul Pierce cette fois mais Crowder.
Avant, pendant et même après, il n’a cessé de répéter que les finales perdues en 2008 l’ont remis en question. C’était tout simplement LE tournant de la seconde partie de sa carrière et il était sur-motivé à l’idée d’affronter les Celtics 2 ans plus tard.
Pour sa tournée d’adieu, Kobe a déclaré que Boston était un des matchs les plus forts émotionnellement avec son déplacement à Philadelphie, sa ville natale. L’atmpshère du TD Garden était une si ce n’est la principale raison de la venue de sa famille :

« Cet endroit veut vraiment dire beaucoup pour ma carrière. Je ne pouvais pas plus stresser. C’est la raison pour laquelle je voulais que mes filles soient là. Je voulais que ma famille soit là. Je voulais qu’il soit en mesure d’être dans cette salle. Je voulais qu’il soit en mesure de voir cette salle et vivre cette expérience. »

Et le miracle s’est produit. Elles ont vu leur père sourire et ressentir toutes ses émotions tout comme nous à travers notre écran. Les finales 2010 ne sont pas celles de Kobe Bryant mais aussi celle de toute une génération. Si Michael Jordan est le goat, la génération juste après lui est peut être une des plus talentueuses de l’histoire. Kevin Garnett et Paul Pierce ou encore Ray Allen avec qui il y avait déjà une rivalité depuis la draft 1996 !
En 2008, il aurait pu prouvé au monde entier que gagner sans Shaquille O’neal aurait été enfin possible mais le big three lui a dit non et cela l’a poussé dans ses derniers retranchements. Sa fille peut en témoigner :

« Je me souviens que ma fille a eu des moments difficiles lors de sa demie-finale perdue au soft-ball. Elle pleurait, elle était vraiment mal. Je lui ai montré une vidéo de nous lors de la défaite face aux Celtics (Défaite du game 6), moi pleurant en sortant du terrain. Je lui ai dis : »Ça va. Ça va. Tu as juste à rebondir ! »

Voilà ce que fait une défaite sur toi. Elle t’apprend de tes erreurs et Kobe a rectifié le tie en étant champion en 2010. Le jeu est fait d’histoires et il est sur que Kobe n’oubliera jamais ce 30 décembre 2015… Tout comme nous…

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire