[Recap] Kobe Bryant méga clutch pour sa dernière apparition au TD Garden !

Quelle atmosphère, quelle ambiance et surtout quel match ! Accompagné de sa femme et de ses filles, Kobe Bryant a été maladroit (5/18) mais a fait plaisir à ses amours puisqu’il a été une nouvelle fois le héros grâce à deux shoots ultra clutch. Boston fait la moue après avoir hué puis applaudit leur plus grand ennemi de ses dernières années… Les Lakers l’emportent (112-104) et si eux n’ont plus rien à perdre, Boston perd une rencontre cruciale dans la course aux playoffs.

La légende applaudit puis hué 

Moi je t’aime, moi non plus. Kobe Bryant a reçu une énorme ovation lors de la présentation des joueurs et n’a pas hésité à aller saluer les légendes locales. Sauf qu’une fois sur le terrain, la superstar a été conspué, comme au bon vieux temps on a envie de dire. Bryant a t-il été dépassé par les événement lors de la première mi-temps ? Le bougre commence le match par un vilain 0/8 en balançant même quelques briques, il finira à 4 points à la mi-temps… Ce sont les jeunes qui tiennent la baraque lors des 24 premières minutes. D’Angelo Russell nous montre sa faculté à jouer sans ballon avec énormément de back-doors de la part des Angelinos. On a l’impression que Boston n’arrive pas à jouer, peut être trop concentré sur Kobe.
Alors que les Lakers auraient pu avoir 10 unités d’avance à la mi-temps, les rookies montrent un surplus d’énergie, Randle en tête et les Celtics en profiteront pour revenir. C’est difficile de défendre sur Evan Turner et son jeu au poste. Thomas toujours efficace, bien aidé par ses coéquipiers très adroit longue distance. Olynyk puis Crowder à 1 seconde du buzzer pour ne pointer qu’à 2 points des Lakers à la mi-temps (58-56).

Kobe Bryant clutch depuis 500 avant J-C

Boston revient avec de bonnes intentions à commencer par le lutin Thomas. Il montre qu’il est un des meilleurs shooteurs en sortie de dribble (coucou Curry) et sur un 3 points, le numéro 4 des Celtics permet à son équipe de passer devant (65-62). On croit alors Boston bien dans leurs pompes mais le pire s’est produit. Boston va prendre 10 points de retard dans le quart-temps ( Fuck 2015). Le duo Young – Clarkson plantera 13 points de suite, les blancs et verts pataugent sévèrement en attaque. D’Angelo Russell inscrira le 3 points au presque buzzer du 3ème quart-temps, Boston prend un énorme coup de massue sur la tête… 
En bon « vétéran », Evan Turner va prendre les choses en mains dans le money time, 9 points pour ramener son équipe à 6 points. On croit alors que le come-back est entamé mais sur la possession suivante Kobe Bryant va planter un trois points en sortie de pick and roll alors qu’il est défendu par ce même Evan Turner. Les Celtics pousseront encore et encore, on sent de l’envie et Bradley va forcer uu one on one avec Clarkson qui perdra la balle à un moment crucial (100-98). 
L’équipe de Bryon Scott juge bon de ne pas prendre un temps-mort alors que son équipe s’est mangé un sévère 9-0. Clarkson est têtu et veut encore tenter le un contre un mais cette fois-ci il convertit le shoot plus la faute !
Les Celtics n’arrivent pas à revenir et alors qu’il n’y a que 2 points  d’écart à une minute de la fin, le serpent va surgir… Bryant va nous planter un 3 points sur la tête de Crowder alors qu’il se trouve à 10 mètres du panier ! +5, le mal est fait, Kobe a montré qu’il venait d’une autre planète et les Lakers l’emportent dans un match qui sera dans la légende de Bryant.
Suite au coup de sifflet final, il s’empresse de voir avec amour sa femme et ses enfants… Il sera ensuite acclamé par le TD Garden entier qui n’a cessé de scandé son nom, surtout dans le money time… On lui laissera d’ailleurs le mot de la fin :

« Quand je les entendu me huer, je me suis dit « Je suis à la maison. »

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire