Will Barton, la fausse surprise dont personne ne parle…

Difficile de parler d’un joueur lorsque son équipe perd… Loin de nous de vouloir enfoncer Denver ou même l’ancien joueur de Portland puisque Barton n’est vraiment pas une surprise car il est évident que le garçon a du talent plein les mains. Pour les Nuggets, il est difficile de pouvoir enchaîner avec leurs blessures récurrentes…

Son ancien coach lui rend hommage !

Ses stats ont presque doublé, tout comme ses minutes. Terry Stotts , l’actuel coach des Blazers a la mauvaise habitude de ne pas beaucoup faire confiance à ses remplaçants. Cette saison CJ McCollum explose mais il n’est pas le seul puisque comme son ancien coéquipier, Will Barton fait une énorme saison et est naturellement candidat au titre de la meilleure progression de l’année.
Ses stats parlent pour lui : 16.8 points, 6.2 rebonds et 2.6 passes contre 6.8 points, 2.8 rebonds et 1.4 passes pour l’ailier l’année dernière.
Son coach lui a d’ailleurs rendu hommage il y a quelques jours :

« Je tire mon chapeau à Will. Il joue formidablement bien. Il a l’air très à l’aise, il joue avec beaucoup de confiance. C’est un rat des salles et il passe beaucoup de temps à la salle à s’améliorer, ça se voit. »

Comme dans la vie, on n’est jamais aussi performant que lorsqu’on voit une ex (Hein, quoi ?). Will Barton a livré son meilleur match face à son ancienne équipe avec une grosse performance (31 poins). Hier, il aurait pu être le héros de la soirée puisque c’est lui qui va égaliser tout en contrôle. Golden State balance une brique et sans prendre un temps-mort alors que les Nuggets en avaient encore un, Will Barton remonte le terrain, feinte Iguodala et marque pour égaliser à 0.9 seconde. Malheureusement, les Warriors l’emporteront grâce à un énorme Draymond Green en prolongation.
On espère que Denver sera épargné par les blessures car outre leurs 5 défaites de suite, l’équipe de Will Barton n’est finalement qu’à 3.5 matchs de Houston, actuel 8ème de la conférence ouest…

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire