Dwyane Wade au alley-oop du parking, Dwyane Wade au buzzer, Dwyane président !

Indiana – Miami c’est la grande rivalité de ses dernières années à l’est. Souvent pour ne pas dire tout le temps, les Pacers ont dû se retrouver sur la route du Heat pour pouvoir aller en finales NBA et se sont ramassés à chaque fois… Dans un match pour essayer d’attraper la 2ème place de la conférence est ou au moins le podium, la confrontation a tenue toutes ses promesses.

Scénario à la Hitchcock

Que ce match fut indécis ! Ça ne commençait pas bien en coulisses puisque pour une raison qu’on ignore, la salle était plongé dans le noir ce qui a entraîné 26 minutes de retard pour être exact. Un match qui était diffusé à l’échelle nationale, faut-il le rappeler (NBA TV). Forcément sur le net, on se pose des questions et les 2 équipes s’occupent comme elles peuvent.

C’est finalement aux environs de 2h et après avoir vu 12357903753ème fois la pub sur la rivalité entre Indiana et Miami que le match va commencer pour le plus grand plaisir des fans ! Avec ce retard, on n’a d’ailleurs jamais vu la salle de Miami aussi comble et ils sont tellement fous de joie qu’ils commencent une « Ola » !  Sans titre

Indiana recharge les fusils 

Le match commence à peine que les Pacers font déjà dans le dramatique. CJ Miles va provoquer 2 fautes pas très intelligentes de Dwyane Wade qui sera déjà en foul trouble (dont un 3+1) au bout de 2 minutes de temps de jeu. Les Pacers sont vraiment très adroits de loin et sur un shoot de Paul George dans le corner, Erik Spoelstra est déjà obligé de prendre un temps-mort (15-3). Peut être à cause des lumières, Miami a vraiment un temps de retard lors de ce match et si ce n’est pas Wade, c’est Andersen qui va faire des fautes. Sans Hassan Whiteside, le vétéran se donne corps et âme, peut être un peu trop même. Malgré la réaction de Dragic et Wade (notamment sur un alley-oop arrière du vestiaire!!), les locaux sont déjà en retard de 10 points à la fin du 1er quart-temps (29-19). Petite tuile côté visiteurs, c’est la blessure de CJ Miles et le joueur ne reviendra pas…. Bosh va alors inscrire les 6 premiers points de son équipe dans le 2ème quart-temps pour faire passer son équipe en dessous de la barre des 10 points. Après un 0/10 à 3 points pour Miami, Gerald Green plantera (sur un shoot forcé bien entendu) un shoot à 3 points pour débloquer le compteur. Le banc d’Indiana patauge sévère et Vogel utilise une mauvaise rotation contrairement à Miami… Gerald Green et Amare Stoudemire vont montrer de belles choses afin de recoller au score. Avec Paul George sur le banc, Monta Ellis est bien seul… A 3 points, au drive, ou à la passe, il doit gérer tout seul les assauts répétitifs des floridiens qui recollent juste avant la mi-temps (44-47).

Indiana perd bêtement 18 points d’avance…

Vogel a fait des erreurs au niveau de la rotation, forcément qu’avec son 5 de départ ça va beaucoup mieux ! Les Pacers défendent très bien et la plupart du temps, ils empêchent l’équipe de Dwyane Wade de jouer son jeu en forçant beaucoup d’isolations. En attaque c’est aussi très costaud puisque Monta Ellis mais surtout Paul George vont faire parler leurs talents. L’ancien numéro 24 d’Indiana va inscrire 8 points dont 2 paniers longue distance presque coup sur coup ! Sur une passe de sa star, notre pivot français Ian inscrit un dunk et le match semble plié, surtout lorsqu’on connait la faiblesse de Miami en attaque (70-52 en milieu de quart-temps). L’ami Frank Vogel se décide à faire des remplacements en fin de quart-temps. Erreur monumentale. Wade sent bien que le match lui échappe, il va ainsi inscrire 8 points dans cette fin de 3ème quart-temps mais surtout la défense de Miami fait le boulot et Indiana ne marque tout simplement plus et il y a de nouveau match (74-66). Oui, vous avez bien lu. L’équipe de Larry Bird n’a marqué que 4 points en un peu plus de 5 minutes

Winslow et Bosh prennent le relais de D-Wade !

Si George arrose, c’est qu’il n’a vraiment pas le choix…  Il est d’ailleurs très bien pris par Winslow qui pour un rookie de 19 ans qui puis est, fait un boulot énorme ! Il sera d’ailleurs l’un des artisans avec Bosh de la remontée fantastique du Heat. Présent en défense dans son duel avec Paul George, et notamment avec 2 rebonds offensifs qui ont permis à Miami de revenir à 2 puis une possession des Pacers. On en oublierait presque que malgré son énorme boulot défensif, va s’en suivre un duel magnifique entre Bosh et George. Le Pacer va marquer 3 paniers de suite mais Bosh lui répond automatiquement. Les deux joueurs se répondent coup sur coup à 3 points mais manque de pot, George doit rejoindre le banc suite à des soucis à sa jambe. C’est assez critique à ce moment du match puisqu’il n’y a plus que 3 points en faveur des visiteurs ! Le hasard fait que Wade débarque lorsque « PG13 » rejoint le banc… C’est d’ailleurs Flash qui égalisera sur lancer ! Le match s’emballe de plus en plus et devient même très physique. Ce n’est pas l’amour fou entre les Pacers et plus spécialement Paul George et les arbitres. Avec une intensité plus haut que le soleil, Bosh va pousser Ian ligne de fond et l’arbitre ne va pas siffler ! Cela provoque la colère de Nate McMillan dans un premier temps puis Frank Vogel qui va se prendre une technique… Il n’en fallait pas plus pour Chris Bosh de sanctionner le coach des Pacers sur la ligne des lancers et pour la première fois depuis le premier quart-temps, le Heat passe devant (88-87) !

Dwyane au buzzer… comme Lebron !

Très bon jusque là, Wade va sombrer dans les deux dernières minutes… Le « Hero Ball » est un peu trop présent comme d’habitude dans le money-time de Miami. Wade ne va clairement pas être bon à ce moment du match et il peut remercier Bosh d’être adroit avec une énorme bombe à 3 points, ce qui permet à Miami de mener d’un point après que le pauvre Paul George ne fasse que 1/2 sur la ligne des lancers… 1 point d’écart et à croire que l’individualisme est de rigueur dans cette dernière minute. Paul George et Dwyane Wade vont forcer leurs shoots. « La chose que différencie Wade et moi, ce sont les bagues. » C’était la phrase de Monta Ellis lorsqu’il évoluait à Milwaukee avant d’affronter le Heat du Miami. Il n’avait peut être pas tort puisque sur une action totalement posée, il va inscrire le « potentiel » shoot de la gagne après un pick & roll pour propulser son équipe devant avec un petit point d’avance. Miami est obligé de faire faute après un échec de Bosh… Stuckey fait un 1/2 et Miami peut sauver sa peau avec seulement 2 points d’écart. Comme Lebron James lors du game 1 des finales NBA en 2012, Wade va prendre un temps d’avance sur Paul George et va inscrire un le lay-up au buzzer ! C’est ce que font les grands joueurs, se foirer l’action d’avant mais inscrire le panier du match !

Version Lebron : 

Version Wade :

Défense jusqu’à la fin !

La prolongation ne sera que dans la continuité du match. Beaucoup de maladresse mais la défense y est pour quelque chose des 2 côtés ! 8/28 à 3 points du côté des Pacers, 5/22 côté Miami, ce n’est pas le match le plus sexy de l’année mais l’engagement était là. Si les 2 équipes ne marquent plus dans le champ, le Heat va inscrire lancer après lancer afin de se retrouver devant (+3). Paul George aura l’occasion d’égaliser au buzzer mais il va rater dans le corner… Son équipe a pourtant eu 3 temps-mort consécutifs mais visiblement les dieux du basket avaient choisi leur camp… Chris Bosh finira à  31 points et 11 rebonds, Wade le soutient et même mieux avec 27 points et 8 rebonds. Malheureusement, les assauts répétés à 3 points de George n’auront pas suffit (32 points, 5/13 à 3 points)

Malgré les problèmes techniques, on peut remercier les 2 équipes pour ce spectacle et on veut les voir s’affronter en playoffs…!

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire