Et si Zaza disputait le All-Star Game ?

Le All-Star Game est dans moins d’un mois désormais et les joueurs qui iront à Toronto le 14 février prochain seront bientôt connus. C’est donc l’occasion de s’intéresser à Zaza Pachulia, qui pourrait pourquoi pas se mêler à la lutte.

Avec une tête à couper du bois dans la toundra russe par moins vingt degrés, une technique rudimentaire, un surnom que l’on donne à un gamin de 5 ans (son vrai prénom, c’est Zaur), et ses 2,11 mètres, le pivot géorgien Zaza Pachulia fait partie du paysage de la NBA depuis une dizaine d’années maintenant. Toujours dans l’ombre, en partie à cause de son style de jeu peu sexy, il réalise une saison parfaite à Dallas. Hier, Wyclef Jean, membre des Fugees, a même composé un petit son rapide dédié au pivot des Mavs, pour l’envoyer au All-Star Game !

L’archétype du joueur de rotation

Au premier abord, l’idée paraît saugrenue. Il faut dire qu’à 31 ans, le pivot n’a jamais été un joueur qui compte vraiment dans la grande ligue. Depuis qu’il a été drafté par le Magic en 2003, puis ensuite chez les Hawks et les Bucks, il n’a jamais été un joueur clé de son équipe, alternant les titularisations et les matchs débutés sur le banc. Si ses statistiques ne sont pas ridicules, il n’y a rien d’affolant. Sa meilleure saison en terme de points est de 12,2 en 2007, tandis qu’au niveau des rebonds, il n’a jamais dépassé les 8 de moyenne sur une saison. Bref, le géant du Caucase a typiquement le profil du joueur de complément qui ne va pas faire gagner l’équipe, mais sera capable de parfaitement s’insérer dans la rotation grâce à ses efforts faits pour l’équipe. Jusqu’à cet été, c’était ça. Puis, les Mavericks l’ont fait venir au Texas.

Début juillet, Mark Cuban est chafouin et a du mal à s’asseoir. Le fantasque propriétaire des Mavs ne s’est pas encore remis du dossier DeAndre Jordan. Après avoir donné son accord à Dallas, ce dernier décide finalement de resigner aux Clippers, sans prévenir Cuban. Un énorme coup dur alors DA devait arriver pour être le leader dans la raquette texane. Une raquette qui se retrouve alors totalement dépeuplée puisque seuls Nowitzki et le jeune Powell sont encore là. Après avoir consulté un bon proctologue, Mark Cuban décide alors de se rabattre sur le grand Zaza pour devenir le titulaire au poste 5 ! Derrière lui et Nowitzki, on retrouve Powell, ce bon vieux Javale McGee et Salah Mejri. Malgré les recrutements de Deron Williams ou Wes Matthews, les Mavs ne font même pas figure de favoris pour une qualification en play-offs, notamment à cause de cette raquette tout sauf affolante sur le papier. Aujourd’hui, ils occupent la 5e place à l’Ouest et sont solidement installés dans le Top 8. Au milieu de ça, Pachulia est devenu une pièce maîtresse.

Un pivot dominant à Dallas

Avec près de 30 minutes de jeu par match, c’est la saison où il joue le plus à 31 ans, et il rend bien la confiance que Rick Carlisle lui donne puisqu’il tourne en double-double depuis le début de la saison avec 10,8 points mais aussi 10,8 rebonds de moyenne ! Si l’on regarde les statistiques dans toute la ligue, ils sont seulement 8 à tourner à plus de 10 points et 10 rebonds : DeMarcus Cousins, Anthony Davis, André Drummond, Pau Gasol, Kevin Love, Dwight Howard, Hasan Whiteside et DeAndre Jordan, soit huit intérieurs dominants. S’il n’attire pas les lumières, le Géorgien est devenu l’un des meilleurs pivots de la ligue sans faire de bruit, et a totalement fait oublier l’épisode Jordan à Dallas.

Joueur besogneux, il est un complément parfait à Dirk Nowitzki qui n’a jamais été reconnu pour sa défense. La présence du Géorgien permet ainsi à l’Allemand d’avoir moins de responsabilités défensives pour se focaliser sur l’attaque. Un secteur où Zaza se montre également conquérant dans la raquette grâce à un jeu sous le cercle correct et une présence forte symbolisée par près de 4 rebonds offensifs par match.

Toute une nation derrière Zaza

Ce n’est pas lui qui plantera 30 points dans un match, sauf s’il est touché par la grâce. En revanche, on peut être sûr que quand il sera sur le parquet, il mettra quelques points et captera des rebonds, tout en apportant une présence pesante sur l’adversaire dans le secteur intérieur. Ce n’est pas forcément spectaculaire, mais aux côtés d’un Dirk immortel et d’une base arrière convaincante emmenée par un Deron Williams en train d’oublier son spleen new-yorkais, les Mavericks sont solidement installés dans la zone de Play-Offs à l’Ouest, et voir un joueur de Dallas au All-Star Game ne serait pas immérité.

Si Dirk Nowitzki est toujours le candidat numéro un de la franchise depuis 2002, il n’en a raté qu’un seul), c’est bien Pachulia qui est le mieux placé dans le vote des fans (8e), poussé par toute une nation. Si son style ne correspond pas vraiment au traditionnel spectacle du ASG, ses autres atouts donneront peut-être des idées aux coachs dans l’élaboration de l’équipe qui se rendra à Toronto le 14 février prochain. La côte est élevée, mais elle est à tenter !

Laisser un commentaire