JJ Redick ne blague même pas un peu avec les haters de Kevin Durant : « C’est de la merde  »

 Nombreuses sont les critiques sur la réunion entre Kevin Durant et les Warriors. Des petites piques sur Twitter de Paul Pierce aux reproches des anciennes gloires, pas grand monde soutient la décision de KD. Cependant, à l’instar de John Wall, JJ Redick lui ne voit pas de mal à cette association. 

JJ Redick, arrière des Clippers, s’est exprimé sur son compte twitter sur la signature de KD à Golden State. Et contrairement à la plupart de ses confrères, il ne critique pas cette décision. Au contraire, Redick ne comprend même pas les reproches qui son fait à Durant. Jouant les avocats, maître Redick défend donc l’accusé Durant

« Depuis que Miami a formé une « super team » en 2010, il y a eu 5 champions différents en 6 ans. Tous ces reproches sur l’équilibre de la compétition, c’est de la merde » 

Redick n’y va pas par 4 chemins et son argument n’est pas totalement faux : depuis la réunion des tres amigos, les Mavs, le Heat par 2 fois, les Spurs, les Warriors et les Cavs ont remporté le titre. On pourrait donc logiquement penser qu’il y a eu beaucoup de variété depuis 6 ans. Mais ce n’est pas non plus totalement correct : si on y regarde de plus près, cela fait 6 fois que Lebron James (ou James Jones) va en finale en 6 ans. Que ce soit avec la « super team » de Miami ou avec Cleveland, LBJ domine totalement la conf’ est. Et si on y regarde d’encore plus près, nous avons eu le droit qu’à deux finales différentes depuis 4 ans : Heat/Spurs et Cavs/GS. Pas très varié tout ça… Premier argument rejeté donc pour maître Redick. Mais l’ancienne vedette de Duke a plus d’une phrase dans son sac :

« Boston a formé une « super team » en 2008 mais par le biais de trades. Ok pour que les équipes réunissent des grands joueurs mais pas quand c’est les joueurs qui décident de faire ça ? » 

Alors là, oui, il est difficile de contredire Redick sur ce point. Mais si on ne critique pas Boston, c’est parce que le boulot de la franchise est de réunir les meilleurs joueurs pour aller chercher un titre. Ce qu’ils ont fait à merveille en 2008, comme Golden State le fait aujourd’hui en signant KD. En revanche, ce qui est reproché à Durant est de choisir la facilité pour y parvenir alors qu’il avait tout pour être le héros de tout un état en ramenant le premier titre dans l’Oklahoma. Au lieu de ça, il est partit rejoindre l’équipe contre qui OKC s’est fait éliminer quelques semaines plutôt… Difficile quand même de le défendre. Mais maître Redick a donné, pour finir, une dernière réplique en faveur de l’accusé qui résume très bien sa philosophie : 

« Les joueurs devraient avoir la liberté de décider où ils veulent jouer. Point. » 

En soi, JJ Redick n’a pas tort : les joueurs sont libres de signer où ils le souhaitent. Mais le monde des médias n’est pas celui des bisounours, KD sera à jamais critiqué pour son choix jugé lâche et traitre envers son ancienne équipe. 

Source photo : imgur.com

 

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire