Position fœtale de circonstances pour Kevin Durant : « Je n’ai pas quitté mon lit »

Sacré « KD », le joueur aurait donc toujours le mot pour nous faire rire même si ça semble tout de même abusé cette fois-ci. Après sa décision, le joueur était vraiment dans le mal… Alors tu fumes la ganga Durant ou quoi ?

Je m’appelles Kevin Durant et j’exagère à peu près tout. Bien sûr, nous n’étions pas dans sa maison mais le joueur semble d’être un « rajouteur » de premier ordre. Vous connaissez tous un pote qui dit être clutch car il a mis un panier à 8 minutes de la fin du match ? Ca pourrait très bien être Kevin Durant, tellement il y a des couches en trop dans son histoire. On a vraiment été dur avec lui mais il faut  dire qu’il ne nous aide vraiment pas. Après sa décision de venir à Golden State, il aurait carrément décider de reste chez lui mais pire encore, rester au lit pendant deux jours par… peur des autres. S’il dit qu’il assume son choix, ça n’avait pas  vraiment été le cas au début puisque Durant est tout de même le « gentil » mais il allait de voir changer de camp malgré lui : 

« Après mon choix, pendant quelques jours, je n’ai pas quitté mon lit car je me disais que si j’allais dehors, j’allais peut être être percuté par une voiture ou les gens allaient me dire des choses négatives[…] J’ai été ici pendant si longtemps, alors faire un tel changement, que personne n’avait vu venir, je ne savais pas comment les gens allaient réagir. Mais à un moment, je me suis dit que la vie devait continuer, que je ne pouvais pas me cacher pour toujours et que je devais faire face à la situation »

Il le sait très bien comme il l’a déclaré ESPN. Jamais le joueur a eu une telle réputation et il faudra peut être des mois avant qu’il s’habitue à ce nouveau statut, ses nouvelles couleurs. Rançon du succès ? Pas sûr mais Durant est un homme et dorénavant, il va devoir assumer ce qu’il a fait. Il n’y a pas non plus eu mort d’homme et tout ce qu’a à faire  « KD », c’est de jouer le meilleur basket de sa carrière comme il l’a fait l’an dernier. Faire une saison historique et avec la manière pour recouvrir toutes les plaies de ses fans ou de ses anciens fans. Il en est capable puisque ce n’est pas un des meilleurs attaquants de l’histoire pour rien.

Actuellement avec Green et Klay Thompson, c’est déjà une bonne chose de le voir avec ses nouveaux coéquipiers, histoire de prendre de l’avance et s’acclimater à son équipe.

Source photo : jeuxvdeos.com
Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire