Impuissance au niveau maximum : les incroyables concours de un contre un de team U.S.A

On l’a tous déjà fait si nous sommes amoureux de NBA. Le fameux « oooooooh », suivi dans sa tête (ou pas) « ce joueur est juste trop fort, comment il a mis ce shoot ». C’est un peu ce qu’il s’est passé dans ces concours que nous savourons à chaque fois que team U.S.A joue une compétition internationale.

C’est sur que lorsque team U.S.A nous laisse des images aussi belles que celles-là, on regrette tout de même que des joueurs comme Lebron James, James Harden, Russell Westbrook ou encore Stephen Curry ne soient pas présent. Lors de cette séance de un contre un, il n’y a pas non plus Paul George et Kevin Durant, dommage sachant que ce sont de purs monstres. Cela reste de la magie, comment pourrait-on traduire ces joueurs de basket. C’est l’élite et on ne peut vraiment rien y faire à part pour se rincer l’œil. Si team U.S.A est présente, il y a aussi la select team. Les concours de un contre un commencent par Jimmy Butler qui montre déjà la couleur. S’il rate son premier shoot, il va enchaîner les perles sur D’Angelo Russell, Lowry et DeRozan sans en rater un seul… On voit qu’il est tout de même au dessus de la moyenne physiquement et ça ne nous étonne pas qu’il soit un des meilleurs défenseurs à son pote. Le reste est un peu moins folichon mais si les joueurs sont très bons en attaque, ils le sont aussi en défense. C’est vraiment une perle pour les jeunes joueurs qui veulent se mettre au basket. On vous conseille juste de regarder ses vidéos encore et encore pour les imiter des deux côtés du terrain !

Parmi les gars chauds, il y a un certain Harrison Barnes. Un des joueurs qui a rentré le plus de shoot en un contre un et c’est un bon test pour lui, vu les responsabilités qu’il aura dû coté des Mavericks. Des qualités au post-up qu’on n’avait plus depuis sa saison sopohomore. Les jeunes de la select team sont aussi dans la place même s’ils restent un peu naifs surtout quand il s’agit de se faire manger tout cru sur des pump-fakes.
Sauf que lorsque nous parlons d’élite, nous parlons de Kyrie Irving. Barnes en a fait des cauchemars de ce joueur qui a tant dominé les finales NBA. Même lorsqu’il rate « uncle drew » a une certaine classe et son foot -work est digne de Kobe Bryant. Une facilité à prendre le dessus sur son adversaire et fadeaway si classieux et une main gauche à la Chris Bosh.
Alors oui, il y a beaucoup de ratés mais c’est la différence entre des « mixs » avec des scène coupées et des entrainements complets. Un bonheur pour les yeux tout simplement !

Les D’Angelo Russell ou Jabari Parker ont encore du taff mais c’est bien lors de ses étés lorsqu’ils affrontent les meilleurs qu’ils progresseront énormément ! 

Source photo : youtube
Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire