Le virus Kardashian a finalement atteint James Harden : « J’ai un peu de Steve Nash en moi »

Tranquillement, James Harden a affirmé des choses délirantes dans la journée d’hier. Était-il sous drogue ? On ne sait pas encore mais les bêtises étaient en tout cas de sortie.

Sans faire de mauvaises blagues, les Kardashian ont fait du mal à Lamar Odom et les avoir fréquentés, a été tout sauf un bonne chose pour l’un des meilleurs potes de Kobe Bryant. Que dire de Kris Humphries qui est carrément devenu l’ennemi public numéro 1 après sa mésaventure avec Kim Kardashian. Puis ce fut au tour de James Harden mais il a eu la bonne initiative de faire le fou avec d’autres filles pour faire fuir cette famille diabolique.
Apparemment, il a encore de la folie en lui puisqu’il s’est carrément comparé à monsieur Steve Nash et ça aurait définitivement convaincu Ryan Anderson de venir le rejoindre chez les Rockets. En plus de ça, l’ancien joueur des Pelicans aurait appelé Eric Gordon dans la foulée, qui lui aussi a signé dans la franchise du texas :

 « J’ai un peu de Steve Nash en moi. Il avait sa propre vitesse de jeu, c’est ce que j’ai essayé de prendre de son jeu. Vous ne pouviez jamais le faire accélérer, vous ne pouviez jamais lui faire faire quelque chose qu’il ne voulait pas faire, c’est ce qui faisait la différence entre lui et les autres meneurs à l’époque, ce qui l’a mené à deux titres de MVP. » 

Steve Nash ? James Harden ? Sincèrement ? Il est certain que les joueurs ont confiance en eux mais alors cette fois, c’est carrément de l’abus. Les deux joueurs n’ont tout simplement aucun rapport et Stephen Curry a dû se marrer quand il a vu ça. Si les deux aiment porter la balle, Steve Nash pouvait transformer n’importe quel joueur en un vrai atout pour son équipe. James Harden est un superbe attaquant et ce n’est pas ses talents de passeurs qui font la différence mais plutôt sa faculté à jouer le un contre un. Quand l’un veut pousser le jeu vers l’avant, l’autre veut très souvent marquer tout seul et faire la passe en derniers recours. Si les Suns avaient développé ce jeu de marquer en moins de 7 secondes, les Rockets font très clairement l’inverse en attendant la fin des 24 secondes comme s’ils essayaient de désamorcer une bombe. Ce qui est comparable entre les deux joueurs et leur faculté à brasser de l’air en défense. Steve Nash ne pouvait pas faire grand chose contenu de sa vitesse par rapport aux autres meneurs de jeu mais surtout de son tout petit physique. Le canadien essayait de faire ses efforts, ce qui n’est pas du tout le cas de James Harden. Lui a toutes les capacités physiques de détruire n’importe qui en défense, mais un manque cruel de motivation… On ne voit vraiment pas mais il y a un gros étage de différence entre les deux joueurs.

Son intention est louable et puis il faut bien choper des joueurs. Anderson et Gordon pourront balancer à 3 points et ça sera à Mike D’Antoni de faire de James Harden une sorte de Steve Nash (ou pas).

Source photo : ghanacelebrities.com

 

Tsirofo Raonivelo-Andriamiharinosy
Originaire de Tours, je traverse le monde pour shooter à 7 mètres 23 entre deux papiers sur la NBA.

Laisser un commentaire